CONFÉRENCE ET DÉBAT

Pour une deuxième fois, L’association marocaine de Québec (AMQ) et l’association des étudiants Marocaines et Maocains à l’université Laval  (AMMUL) invite Mme Nouzha Chekrouni, ambassadeur du Royaume du Maroc au Canada, à une conférence sur des sujets concernant l’actualité au Maroc.  Cette fois, le débat-projection  a abordé le dossier du Sahara Marocain sous le thème : Vers une meilleure compréhension de la question du Sahara Marocain : lecture de la solution proposé par le Maroc pour une paix des braves. L’AMQ et L’AMMUL a invité, également, le diplomate, politologue et historien Québécois Mr Jean-Louis Roy qui connait parfaitement le dossier du Sahara Marocain.

L’activité débat-projection a été présentée par Mme Fatiha Chandad et brillamment animée par Mr Anass EL Kyak comme modérateur du débat.

Dans son mot de bienvenue,  le président de l’AMQ, Mr Mohammed  Bougouss a rappelé l’implication des Marocaines et Marocains résidants de la ville de Québec à la première cause nationale qui est le Sahara Marocain.

Mr Anass El-Kyak a fait  le tour du dossier du Sahara Marocain tant au plan Historique,  politique, que diplomatique en mettant l’accent surtout sur l’initiative Marocaine d’autonomie déposée depuis 2007 à l’ONU ainsi que le dernier rapport de son secrétaire général. De même, Mr Anass a stimulé le débat en abordant le sujet de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) et la situation des séquestrés Marocaines et Marocains dans les camps de Tindouf et leurs conditions de vie inhumaines.

Intervenant à son tour, Mme Nouzha Chekrouni a mis la lumière sur le plan de l’autonomie proposé par le Maroc depuis 2007 à l’ONU. A cet égard, Son excellence a rappelé des projets économiques réalisés dans les provinces du Sahara Marocain ainsi que le nouveau modèle de développement des provinces de sud,  que SM le Roi Mohammed IV a révélé dans son dernier discour royal a Laayoune.

Ce débat a été précédé par une projection cinématographique du film s’intitule ‘’ Polisario : Identité d’un front’’. Ce film a été réalisé en 2013 par le cinéaste  Marocain  Hassan El Bouharouti reconnu pour son engagement au service de la promotion des droits de la personne humaine.

Ce film a été projeté dans plusieurs instances internationales telles que le siège européen de l’ONU à Genève, le Parlement Britannique, le Parlement Européen et dans plusieurs capitales mondiales.

debat-projection

Enjeux idéologiques et géopolitiques

Le film retrace les enjeux idéologiques et géopolitiques de l’époque de la guerre froide qui ont engendrés un conflit sur un territoire historiquement et géologiquement Marocain et qui ont favorisé la création du front séparatiste Polisario. D’une durée de 90 minutes, cette œuvre cinématographique passe en revue les principales étapes historiques du conflit autour du Sahara marocain et jette la lumière sur la genèse du front « polisario », créé au départ par des étudiants sahraouis dans le cadre de la lutte contre l’occupation espagnole, avant qu’il ne soit instrumentalisé par le régime algérien, obnubilé par la poursuite d’une chimérique hégémonie régionale, en vue de déstabiliser le Maroc et porter atteinte à ses intérêts suprêmes. Ce film démontre d’une manier intelligente et concrète l’absence de toute légitimité du Front Polisario à défendre une cause insignifiante comparé aux autres conflits dans notre monde actuel. Rappelons uniquement l’Irak et la Syrie, le Yémen et le nombre de  victime qu’engendre la guerre qui se déroule dans toutes les régions du Moyen-Orient. Ce film riche en information et en documentation, met en exergue le témoignage de plusieurs fondateurs et militants  de ce front séparatiste qui ont choisi le retour au Maroc et de s’intégrer à nouveau dans la société Marocaine. En régnant la mère-patrie ses personnalité démontrent l’implication flagrante du régime algérien dans le dossier du Sahara Marocain.  En outre, le film lève le calvaire que vivent  les Marocaines et Marocains encastrés  dans les camps de Tindouf. Le documentaire met aussi en lumière les souffrances, notamment psychologiques des femmes sahraouies sous le joug du « polisario », les déchirements de leurs familles et l’endoctrinement de leurs enfants et leur déportation vers des pays éloignés, comme Cuba et en Amérique Latine, où ils sont élevés dans l’idéologie de la haine viscérale véhiculée contre le Maroc par les séparatistes et leur mentor algérien.